Blog

La musique

La musique

Le Gwoka de la Guadeloupe –musique, chants et danses représentatif de son identité est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ( 2014)

Le Gwoka est pratiqué par tous les groupes ethniques et religieux de la société guadeloupéenne.

Il accompagne les temps forts de la vie quotidienne ainsi que les manifestations festives, culturelles et profanes.

Max Diakok. D’origine guadeloupéenne, fervent défenseur du Gwoka.

Pour moi, c’est un hommage rendu aux ancêtres qui malheureusement n’ont pas été sous les feux des projecteurs et qui pourtant le méritaient. Ces ancêtres qui ont œuvré pour le Gwoka, qui ont permis son émergence et même sa survie au moment où beaucoup dénigraient cette danse et cette musique. Pendant l’esclavage, le Gwoka était interdit, jusque dans les années 60, il était méprisé. pour moi, cette inscription au patrimoine mondial c’est un hommage posthume à tous ces maîtres qui ont continué à faire vivre le Gwoka, à le jouer, à le danser, à y croire malgré les obstacles. Mes pensées sont pour eux. Extrait Outremer 1ere

Le zouk fédérateur

Une parte de la culture française déconsidérée.

Pour beaucoup de métropolitains, le zouk, c’est les cocotiers et chemises à fleurs. On cite la compagnie Créole et Francky Vincent comme artistes majeurs et on danse dessus en faisant la chenille. C’est d’abord une musique très technique porteuse d’une identité forte, menée depuis plus de 30 ans par son inventeur, Jacob Desvarieux , leader du groupe Kassav’. Aucun groupe français n’a donné plus de concert à l’étranger que Kassav.

Extrait : Rue 89

Quand on parle de la musique antillaise, la plupart des gens pensent directement au Zouk et seulement au Zouk. Pourtant la musique antillaise ce n’est pas que du Zouk. Il y a d’autres genres musicaux comme le Gwoka en Guadeloupe dont l’équivalent est le Bèlè en Martinique. Ce rythme musical antillais tire sa source directement de l’Afrique et se joue d’ailleurs avec les instruments musicaux africains comme le tambour. Contrairement au Zouk qui tourne essentiellement autour de l’amour, le Gwoka est une musique traditionnelle conscientisatrice et émancipatrice, qui promeut des valeurs telles que la solidarité face à l’adversité, la défense de l’identité et de l’héritage africains, la lutte contre l’aliénation, la résistance à l’oppression (Comme quoi les antillais ne chantent pas que du cul ou du coeur brisé… émoticône smile ). Ce n’est donc pas une chanson à sexe, mais une chanson à texte généralement porteuse de revendications. L’une des figures emblématiques de ce genre musical c’est le groupe guadeloupéen Akiyo, auteur de cette chanson culte lors des festivités antillaises :  » ♫♪ jilo jilo ay ay ay, léssé mwen alé jilo, kité mwen alé jilo, kité mwen pati jilo; an ka pati an ka voyagé, pétèt an jou an ké rètouné ♩♬ » émoticône heart
Extrait : la chronique Epicée 21 12 2015

Liens

Mnen sé la biguine Rony Théophile

GWO KA made in pointe a Pitre

la Medecina Zouk La Se Sel medikaman Nou Ni